naar top
Menu
Logo Print

Essor de l'économie du partage au bureau

46% des gens jettent directement les articles cassés
magazine

En Belgique, l'économie du partage se répand peu à peu au bureau et dans l'atelier. Cela ressort d'une étude de Manutan. Avant d'acheter quelque chose, nous regardons si nous pouvons emprunter l'article à des collègues. Le petit matériel de bureau est partagé dans 88% des entreprises et dans 92% des cas, le petit outillage passe de main en main dans l'atelier. En revanche, le partage entre les divisions, les établissements ou avec d'autres entreprises est rare. Trop de travailleurs jettent, en outre, les articles cassés, sans regarder s'ils peuvent être réparés. Les acheteurs affirment donc privilégier la qualité quand quelque chose est remplacé. Ils font ici moins attention au prix. Les produits doivent tenir longtemps et pouvoir être utilisés par de nombreuses personnes. Quand un article casse, les entreprises agissent différemment. 46% des participants à l'enquête le jettent directement, 32% tentent de le réparer. Les entreprises tentant de réparer peuvent progresser rapidement. En rassemblant les produits défectueux et en ne les jetant pas directement, vous évitez un gaspillage inutile et vous prolongez leur durée de vie. “Vous pouvez bien sûr déjà tenir compte de la possibilité de réparation lors de l'achat”, déclare Stephane Arkenbout, directeur commercial Benelux chez Manutan. “Cela dépend évidemment s'il s'agit d'une perforatrice d'une dizaine d'euros ou d'une perceuse de centaines d'euros. L'investissement d'une réparation ne fait, en effet, pas toujours le poids face au rendement. Cela vaut donc la peine de regarder au préalable si un achat se prête à une réparation. Manutan conseille les entreprises à ce sujet. Parfois, il s'agit d'une simple pièce pouvant être re-commandée séparément."