naar top
Menu
Logo Print
Artikel -

RENDEZ VOTRE MAGASIN 'GREAT AGAIN'

le cinquieme global diy summit esquisse plusieurs defis internationaux

Le commerce mondial est en train de se redessiner en profondeur. La Chine joue de plus en plus un rôle de leader mondial, l’Amérique de Trump emprunte un cap protectionniste et on ne sait pas encore quels seront les effets du Brexit. Sans parler de la transformation digitale qui s’accélère et des gens qui ont de plus en plus leur mot à dire – cela vaut autant pour votre client que pour vos travailleurs.
Il y avait donc suffisamment de matière pour rendre passionnant le DIY Summit qui s’est déroulé cette année à Berlin. Voici les idées les plus intéressantes qui ont été abordées.

PLATES-FORMES, PLATES-FORMES, PLATES-FORMES

Le consommateur prend le pouvoir, aidé en cela par des plates-formes qui lui permettent de se connecter à d’autres consommateurs.
Steve Collinge (Insight Retail Group): “Les produits de bricolage sont des achats peu fréquents, que les gens font parce qu’ils en ont besoin de quelque chose. Et de quoi ont-ils besoin? Pas d’un produit mais d’un résultat. Mon fils dit souvent: ‘Si j’ai besoin de conseil, je vais sur YouTube.’ Ce conseil, c’est vous qui devez le donner.”

Biren Van Herck, Pro-Alliance: “Les fournisseurs peuvent economiser
en rassemblant les livraisons”

Pro-alliance

Dans nos supply chains, les plates-formes joueront un rôle important, d’autant plus qu’elles facilitent la collaboration entre les détaillants et les fournisseurs. Pro Alliance, fondée e.a. par Biren Van Herck (photo), est une telle plate-forme. Rassembler et visualiser ensemble les données devient plus facile et Pro Alliance aide à apporter plus de clarté aux supply chains et à découvrir de nouvelles opportunités.

INCERTITUDE ECONOMIQUE DANS LE MONDE

Selon le Dr. Michael Grampp (Deloitte), il y a plusieurs raisons de se faire du souci concernant l’économie. “Il y a de plus en plus de populisme en Europe – le World Populism Index est à son niveau le plus haut depuis les années trente. En Amérique, on retrouve le nationalisme et le protectionnisme du président Donald Trump. C’est très mauvais pour le commerce international. D’autre part, les investissements prévus dans l’infrastructure et la dérégulation économique peuvent avoir un impact positif. Une troisième menace est la désintégration possible de la zone euro. Beaucoup de pays de la zone euro avaient une meilleure croissance économique avant l’introduction de l’euro qu’après. Ce n’est pas lié mais c’est comme ça que les choses sont perçues par le peuple. Associé à cela: la désintégration possible de l’UE. L’Union Européenne présente pourtant beaucoup de bénéfices mais ceux-ci ne sont pas (bien) communiqués. Une cinquième menace est l’évolution des intérêts et des prix des maisons, qui peut indiquer une bulle économique.”

Rétablissement mais ...

“Bonne nouvelle: un rétablissement est en cours. Mais il est incomplet: la croissance réside surtout dans les économies émergentes comme la Chine. La classe moyenne dans les économies déjà développées recule tandis que les plus riches connaissent une énorme croissance de 5%. La croissance se situe surtout dans les hauts revenus tandis que les bas revenus stagnent. La bonne nouvelle toutefois est que la population active augmente partout en Europe – mais pas aux Etats-Unis. Y a-t-il lieu de paniquer? Surtout pas. Mais pensez à l’impensable et veillez à toujours avoir un plan B.”

SERGIO GIROLDI (CEO OBI): “SOYEZ ORIENTE SOLUTIONS!”

Sergio Giroldi (CEO OBI) n’a pas tourné autour du pot. “Amazon sera bientôt le leader du marché des articles de bricolage. On ne peut plus regarder vers le passé pour prédire l’avenir. Ce que nous savons: peu importe où vous êtes situé. Si vous ne figurez pas à la première page de recherches Google, vous n’existez plus. Et qui arrive en tête? Amazon. Il est imbattable sur ce terrain. C’est pourquoi nous devons réseauter et collaborer pour avoir plus de poids dans les discussions avec les régulateurs. Il faut un nouveau business model, qui ne soit pas uniquement basé sur la technologie mais aussi sur le capital humain. En Europe, les gens n’ont plus de besoins; tous leurs besoins de base sont déjà satisfaits. Mais ils ont encore des souhaits. C’est là-dessus que nous devons jouer. Amazon ne livre que des marchandises, pas des solutions. Le commerce du bricolage doit être différent d’Amazon.” OBI donne le bon exemple avec le planificateur de jardin, un outil
très pratique pour le consommateur.

GLOBAL DIY LIFETIME AWARD POUR GREGORY M. BRIDGEFORD

En 1982, Greg Bridgeford est devenu assistant de direction chez Lowe’s. Durant ses 32 ans de carrière, il a occupé différents postes à responsabilité, notamment Senior Vice President Merchandising, Marketing et Business Development. En tant que dirigeant Lowe’s pour les relations internationales, il a mené à bien l’introduction de l’entreprise au Canada et au Mexique. Il a été un directeur accueillant tant dans son pays qu’à l’international et a rattaché Lowe’s à la communauté mondiale du home improvement. Il a aussi réalisé l’implication de Lowe's dans EDRA/Ghin et fut un orateur majeur au premier Global DIY Summit à
Bruxelles en 2011.

PERSONNE N'A BESOIN D'UNE PERCEUSE

Les organisateurs avaient à nouveau réuni plusieurs orateurs intéressants à propos de l’évolution du consommateur. Ken Hughes, Consumer et Shopper Behaviouralist: “La personne digitale veut surtout être traitée comme un individu. Personnalisez. ‘Spotify Running’, par exemple, mesure la fréquence cardiaque de l’utilisateur et y adapte le tempo de la musique. Le bricolage est trop axé sur le produit. Personne n’a besoin d’une perceuse, les gens ont besoin de faire un trou. Essayez de créer avec votre marque un ‘shareable moment’. Vous rendrez les gens heureux et vous créerez de la publicité supplémentaire. 

LES JEUNES VONT SOUVENT DANS UN MAGASIN DIY POUR LE JARDIN

David Domoney, légende vivante du jardinage en Angleterre, a donné une conférence intéressante. “Pourquoi les jardiniers vont-ils dans des magasins de bricolage plutôt que dans des jardineries? Soit ils sont en quête de bonnes affaires soit ils ont plus d’affinité avec le DIY car ils y vont plus souvent. C’est surtout le cas des ‘nouveaux jardiniers’, les jeunes. Ils vont plus facilement dans un magasin de bricolage car la jardinerie, qu’ils ne connaissent pas suffisamment, les rebute. La jardinerie a un rôle important à jouer à cet égard: elle doit les inspirer. Proposez des expériences, rendez les choses amusantes. Apprenez-leur à cultiver des légumes et faites-leur manger ce qu’ils ont cultivé. Ne leur donnez pas des ‘tâches’ sinon ils vont décrocher. Ils cherchent quelque chose d’original. Donnez-le-leur.”

Les chasseurs de bonnes affaires ont un profil différent

“L’autre catégorie, celle des chasseurs de bonnes affaires, se com­pose généralement de jardiniers expérimentés. Ils font souvent partie de différentes communautés de jardinage, où l’on partage d’infos. Vous ne les séduirez donc guère avec de l’inspiration car ils savent parfaitement ce qu’ils cherchent. Vous pouvez uniquement essayer de leur proposer de bons prix ou de tisser un lien avec eux. Ils méritent cet investissement.”

Comme d’habitude, des enquêtes live ont été menées auprès du public. La question ci-dessus concernant la part du DIY online d’ici cinq ans montre que les avis sont encore très partagés

L’homme digital

Alexander Zerdick (Google): “Ces six dernières années, 60% de personnes en moins se sont rendues dans des magasins physiques mais la valeur de chaque visite a presque triplé. Pourquoi? A cause du smartphone. 75% des gens qui cherchent un produit sur leur smartphone visitent un magasin physique dans les 24 heures.

“Il est donc toujours important d’être présent en ligne et en mobile (surtout!). Investissez là-dedans car 90% des utilisateurs de smartphone utilisent aussi leur téléphone en magasin. C’est important pour rendre l’expérience la plus fluide et la plus impeccable possible. Aux USA, 20% de toutes les recherches sont effectuées de manière vocale. On prévoit un pourcentage de 30% dans le monde entier d’ici 2020.”
Cela comporte une importante implication: même figurer sur la première page des résultats de Google ne sera plus suffisant. A l’avenir, on pourra littéralement demander à Google: ‘Achète une boîte de vis pas chère.’ Le prix pourrait donc encore gagner en importance.

JIM INGLIS:“RENDEZ VOS MAGASINS 'GREAT AGAIN’”

Jim Inglis, qui a remporté le DIY Lifetime Award il y a deux ans, a conclu en appelant à rendre les magasins ‘great again’. “L’e-commerce est là, il n’y a pas de retour en arrière. Nous voyons qu’Amazon se presse d’ouvrir des magasins physiques. Nous, nous en avons déjà! Nous devons juste veiller à ce que ces magasins proposent des solutions plutôt que des produits. Si nous arrivons à intégrer l’e-commerce là-dedans, internet sera le meilleure chose qui nous soit jamais arrivée."